Editorial.
Penn-Bazh, un devoir d’impertinence

Ce samedi 24 avril, nous aurons le plaisir d’ouvrir un nouveau site d’information : Le Penn-Bazh.bzh, animé par plusieurs journalistes et personnalités qui l’alimenteront régulièrement avec des articles généralistes, des enquêtes, des dossiers, des rubriques diverses et variées ainsi que des billets d’opinion.

« Un nouveau média en Bretagne pour quoi faire ? » me direz-vous… C’est vrai qu’avec trois quotidiens, une foultitude d’hebdos, des magazines, des télés, des radios et des sites Internet, le paysage médiatique est déjà bien occupé… Mais nous pensons, modestement, qu’il y a encore un espace où nous pourrons faire entendre une voix un peu différente.

Constituée principalement de journalistes professionnels, travaillant dans d’autres médias, il nous apparaissait pertinent et enthousiasmant de donner à lire, à entendre et à voir des informations un peu différentes sur l’histoire et l’actualité de la Bretagne, avec un angle plus distancié, plus incisif, parfois taquin.

Écrire sur ce qui nous plaît ou nous dérange. Donner à voir l’envers du décor ou les coulisses des pouvoirs. Se donner le temps d’enquêter sur différents sujets. Donner des perspectives, prendre le temps de mieux contextualiser certains événements ou mouvements, chercher des angles nouveaux et originaux, laisser la parole aux opinions et aux personnes qui font ce pays… Voici quelques principes qui vont constituer notre ligne éditoriale.

Un média en construction

Le Penn-Bazh se lance sur le Web. C’est un choix. Avant la pandémie, nous pensions d’abord proposer un mensuel, faisant la part belle au dessin de presse, mais le contexte a changé. Si nous n’avons pas abandonné l’idée d’une formule papier, nous commençons donc par une version numérique, plus souple, qui sera régulièrement alimentée. Et où nous donnerons aussi la part belle à l’humour et aux dessinateurs de presse.

Média indépendant, Le Penn-Bazh va devoir se financer, car le journalisme est un métier, et nous aurons besoin de trouver un modèle économique et des ressources. Nous le disons sans fausse pudeur ni gêne.

Nous avons donc opté pour un mode participatif : plutôt qu’une formule gratuite ou un abonnement payant, nous proposons au lecteur, s’il trouve nos textes pertinents et s’il veut nous soutenir, de payer les articles. Nous n’excluons pas non plus de faire appel à votre soutien pour lever des fonds et continuer à professionnaliser et à faire évoluer Le penn-bazh.bzh

Nous vous remercions par avance ; par vos contributions, vous contribuerez à construire un nouveau média en Bretagne. Et par contribution, nous n’entendons pas que financières. Si vous avez des idées de sujets, n’hésitez pas à nous contacter, notamment sur l’adresse de la rédaction : redaction@penn-bazh.bzh

Pourquoi ce nom ?

Tiens, mais au fait, c’est quoi cette histoire de Penn-Bazh ? C’est d’abord le nom d’un bâton très commun autrefois en basse Bretagne. D’une longueur d’environ un mètre, avec un bout arrondi, il avait différents usages. C’était d’abord un signe d’élégance et de distinction dans une société rurale traditionnelle où les discussions pouvaient prendre une tournure passionnée, voire robuste. Le penn-Bazh, manié comme un gourdin, pouvait alors appuyer certains arguments… Aujourd’hui, il est resté dans la mémoire populaire à travers l’expression « recevoir un coup de penn-bazh » qui, en français de Bretagne, peut se comprendre comme « recevoir un coup de massue ».

Non que la rédaction du Penn-Bazh numérique ait des velléités belliqueuses, mais, avouons-le, nous ambitionnons quand même de réussir quelques « coups » médiatiques !

Qu’est-ce qui vous attend ?

Répétons-le : indépendant, non lié à un groupe quelconque, Le penn-bazh.bzh ne revendique que le droit à une information transparente sur ce qui se passe en Bretagne et participer ainsi à la vie d’un pays que nous aimons et où nous vivons. Comme les habitants de cette péninsule, ouverte aux quatre vents de l’océan, aiment également savoir ce qui se passe ailleurs, nous vous proposerons régulièrement des articles sur l’étranger, proche ou lointain, de la Vendée à la Patagonie. Bref, un regard breton sur le monde qui revendiquera sa part d’originalité…

Dans les semaines qui viennent, notre actualité sera évidemment dominée par les élections régionales et départementales. Nous laisserons traîner nos oreilles et tenterons de vous donner le maximum d’éléments et d’éclairages sur une vie politique bretonne dont les méandres ne cessent de nous étonner.

Et parce que l’actualité n’est pas toujours sombre ni dominée par d’éventuels manigances de forces plus ou moins obscures, nous nous ferons un plaisir de traiter, avec un regard bienveillant mais amusé, d’une foultitude de sujets.

Alors, en conclusion, qu’est-ce que pourrait apporter Le penn-bazh.bzh ? Beaucoup d’impertinence dans une Bretagne compliquée. C’est tout notre projet.

Erwan Chartier-Le Floch

Rédacteur en chef

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. charlie grall dit :

    Bon courage ha tan dezhi !

  2. charlie grall dit :

    Bon courage et tan dezhi !

  3. Corinne Nicole dit :

    Bon vent😉🤞

  4. Gwen An Tenzorer-Foll dit :

    Ah ah, je me marre déjà !

  5. Rémy PENNEG dit :

    Bon vent à Penn Bazh, et n’hésitez pas à vous en servir de temps en temps; beaucoup le mérite 🙂
    https://www.nhu.bzh/penn-bazh-media-bretagne/

  6. Yannick Louis MAHE dit :

    Demat
    Vive l’ascenseur à bateaux promis à la construction du barrage, promesse de politiques jamais tenues à quand le voyage inaugural de Nantes à Brest via Redon ?
    Yannick Louis MAHE Allaire sur Vilaine
    Kenavo

  7. JAGLIN dit :

    Pas sur l’article (désolé !) mais sur le journal web Penn-Bazh
    Peu d’information sur qui vous êtes à part l’info « journaliste indépendant » ce qui ne veut pas dire grand chose voire rien du tout car il me semble que l’on ne peut être indépendant mais forcément engagé quelque part
    Un peu plus de transparence ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *